De quoi s'agit-il? Depuis cette page vous pouvez utiliser les liens Web Collaboratif pour placer Podcasteurs : Quand la Sacem viendra frapper à votre porte… sur un site de gestion de favoris en ligne, ou le formulaire E-mail pour envoyer un lien par e-mail.

Web Collaboratif

E-mail

Envoyez le par e-mail
octobre 06, 2006

Podcasteurs : Quand la Sacem viendra frapper à votre porte…

Posté dans: General


Crédit: byrdiegyrl

Intéressant l’article d’odiopod sur les webradios. Pas mal non plus ce podcast du pot’castor consacré aux enjeux juridiques du podcasting et du spectre de la Sacem sur les podcasts musicaux.

Toujours cette vieille question des droits du podcasteur, du “flou” dont il pourrait “profiter”.

Lorsque nous avons lancé la plate-forme de podcasts à radio Campus Paris nous nous sommes longtemps posé cette question des droits et des éventuelles retombées juridiques.

Mais comme notre créneau musical concerne les artistes indés, les auto-produits, les découvertes, nous ne pouvions faire l’économie d’un nouveau mode de diffusion et de promotion. Alea Jecta Est : Nous podcastâmes avec plaisir.

Bien que nous nous acquittions des droits Sacem pour notre diffusion hertzienne (qui nous coûte déjà un petit paquet d’argent) nous ne savions pas à quelle sauce nous allions être mangé pour le podcasting.

La “Sacem Anglaise” venait de publier une licence podcast et nous pensions qu’elle allait apparaître en France pour encadrer ce nouveau type de diffusion.

C’était aussi l’époque des débats pour le vote de la loi DADVSI et la tendance n’était pas franchement à la diffusion de mp3 sans DRM.

Qu’importe, au moins il y aurait eu débat.

Et c’est en engageant ce débat public entre médias indés et Sacem que nous voulions savoir avec précision à qui était distribué l’argent que les médias indés versent à la Sacem pour avoir le droit de diffuser Arcade Fire, Jana Hunter, I am from Barcelona, para One, Data, The thermals ? Que ce soit par voie hertzienne ou web.

Un épais faisceau de présomptions, basé sur des témoignages de personnes “proches du dossier”, nous avait amené à comprendre que l’argent récolté auprès des petits diffuseurs programmant autre chose que Garou était reversé en respectant la même grille de répartition que pour les grands réseaux radio type NRJ ou EUROPE 2.

Donc nous donnons pour Pascal Obispo et Florent Pagny que nous ne programmons/podcastons jamais (et nous ne sommes pas les seuls). Et si les podcasteurs rentrent dans ce périmètre le phénomène va s’amplifier.

Vous allez me dire que je ne vous apprends rien. Vous avez tous entendu parler de ces histoires pour peu que vous soyez de près ou de loin liés à une activité musicale.
Mais qui a des preuves ? Qui a autre chose que des “on dit” ou des témoignages recueillis dans des bars en croisant untel ou untel ?
Avez vous lu des documents sérieux confirmant ou infirmant ce que je raconte ?

Je pense que la Sacem n’a pas les moyens humains et technologiques pour traiter cette masse d’information colossale concernant les artistes diffusés par radio/TV/web/podcast en France et en Europe sur de périodes de temps délimitées.
Ce qui ne fait que confirmer que les grands principes de ventilation des sommes récoltées s’appliquent et s’appliqueront : 15% à Johnny H., 10% à Jean Jacques G. etc… Mais je veux bien que l’on me prouve le contraire.

Si un jour les podcasteurs sont soumis au paiement des droits Sacem ce sera donc, à mon avis, la même procédure de répartition.
Quand on sait que les podcasts sont essentiellement destinés à la promotion d’artistes qui ont peu ou pas de place sur les “grands” médias on peut alors déduire que cela apportera encore un peu plus d’argent aux grands comptes de la Sacem et pas du tout aux artistes podcastés.

Chéri, on sonne, va ouvrir …

Si un jour la Sacem vient vous demander des comptes pour votre podcast musical n’hésitez pas à lui en demander en retour sur l’emploi de votre argent.
La réponse qu’ils pourraient vous fournir m’intéresse au plus haut point.
Payer pour diffuser des artistes, oui. Mais que l’argent leur revienne.
Et il est temps que nous débattions franchement de cette question.

Les animateurs et animatrices du pot’castor l’ont bien souligné, le dossier est extrêment complexe. Il serait dommage que les organismes de gestion de droits paniquent dans la tempête et s’abattent à l’aveugle sur les podcasteurs qui diffusent ceux qui n’ont pas accès aux médias traditionnels participant ainsi à une profonde richesse de la découverte musicale.


Revenir à: Podcasteurs : Quand la Sacem viendra frapper à votre porte…